Plusieurs facteurs peuvent influencer les teintes sur les voitures. Au départ, les constructeurs de voitures fournissent des échantillons de peinture (appelés "standards") aux différents fabricants susceptibles de leur livrer des teintes en chaînes de montage. Ces fabricants élaborerons une teinte la plus proche possible du standard au moyen de leurs teintes de base respectives. Ces dernières ne sont pas nécessairement les mêmes d'un fabricant à l'autre car fabriquées au départ de composants (pigments, résines...) de provenances différentes et plusieurs fabriquants peuvent livrer une même teinte dans une même usine. De plus, les teintes ne sont pas toujours stables dans le temps. Les conditions de stockage des voitures finies influenceront également la teinte. En effet une voiture stockée en bord de mer (atmosphère corrosive) pourra présenter une légère différence de teinte par rapport à une "soeur" fabriquée sur la même chaîne avec la même peinture, mais qui a été stockée en atmosphère normale ou en atmosphère insutrielle.Ces différents facteurs feront que, sous une même référence constructeur, on trouvera parfois plus de 1O teintes, proches mais différentes, sur les voitures en circulation. La première difficulté pour le réparateur sera donc d'identifier la "version" de la teinte qu'il doit reproduire. Ces différentes "version" d'une teinte sont appelées "Alternances". Ces alternances sont des variantes connues autour du standard. Elles ont été développées au fur et à mesure de leur découverte sur des voitures en circulation. Elles ont effectivement été développées si le fabricant de peinture jugeais que la différence par rapport au standard était significative. Mais si la différence est jugée peu significative, c'est au réparateur de modifier lui même la composition de la teinte pour obtenir le coloris exact de la voiture à réparer. Il est par ailleurs évident que les variantes autour d'un même standard ne sont jamais toutes connues. Chaque teinte à reproduire en réparation sera souvent un cas d'espèce et l'élaboration des teintes n'est jamais une tâche "automatique" mais fait chaque fois appel aux connaissances de la colorimétrie que doit posséder le coloriste.

Voici un exemple d'une teinte présentant 4 alternances (plus le standard) ce qui donne 5 possibilités ce choix.

Pour obtenir la meilleure correspondance possible entre la partie à réparer et le reste de la voiture, le coloriste doit d'abord choisir l'alternance existante la plus proche de la teinte à reproduire. Si dans le cas d'une teinte opaque (=non métallisée) le choix se rapporte uniquement à la teinte, d'autres facteurs sont à prendre en considération pour les teintes métallisées ou nacrées (=micas). Pour les métallisées, la grosseur des paillettes d'aluminium sera un critère plus déterminant que la teinte. En effet, il sera possible de corriger la teinte alors qu'il ne sera pas possible de changer la taille des paillettes d'aluminium une fois celles-ci introduites dans le mélange. Pour les teintes nacrées, le problème de la taille des paillettes de micas est similaire à celui des paillettes d'aluminium, mais un paramètre supplémentaire vient s'ajouter : la couleur des paillettes. Ainsi, un peinture verte nacrée peut contenir des paillettes de mica vertes, mais également bleues ou jaunes. En pleine lumière, un vert contenant des paillettes jaunes aura une teinte différente d'un vert contenant des paillettes bleues alors que dans l'ombre, ces deux verts pourront paraîtres identiques.

Les autres facteurs influençant la reproduction d'une teinte (métallisée ou nacrée) sont en fait tous des facteurs liés à l'application du produit. En effet, peuvent influencer la teinte:
- le type de pistolet
- la pression de pistolage
- la température de pistolage
- la distance de pistolage
- la vitesse de pistolage
- la dilution de la teinte...

Un dernier paramètre peut influencer l'aspect final de la peinture: le vernis. En effet, toutes les peintures métallisées et nacrées sont recouvertes d'un vernis transparent. La façon d'appliquer ce vernis et le type de vernis employé influenceront le résultat final. Car il ne faut pas l'oublier, la réparation a pour but de remettre le véhicule dans l'état ou il était avant l'accident. Pas de faire mieux. Sinon, la réparation sera tout aussi visible que si elle était mal faite. La tendance actuelle pour les voitures de grande production est d'avoir des vernis, certes brillants, mais pourtant très structurés (un peu comme une pelure d'orange). Il ne faut donc pas, en réparation, essayer d'obtenir une peinture tendue comme un miroir sur de telles voitures. Les différents paramètres influençant l'aspect du vernis seront,
pour le vernis:
-sa viscosité, déterminée par le type de vernis employé, sa température au moment de l'application, son éventuelle dilution avec un solvant
-l'épaisseur du film sec, déterminée par le type de vernis employé et par le pistolage
pour le pistolage:
- la pression
- la température
- la distance à la tôle.